agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

GREPS Portails : www - étudiants - personnels GREPS

Vous êtes ici : Accueil > Doctorat > Renaud Mabire

Renaud Mabire

 
Doctorant sous la direction de Marie Préau (Pr, Lyon 2)
Université Lyon 2 - Institut de Psychologie
5 avenue P. Mendès-France, 69 656 Bron (France)
Bureau : V117 - Tél.: +33 (0)4 78 77 31 52 

Courriel : renaud.mabire@univ-lyon2.fr

 Parcours de formation

En cours (depuis 2016): Doctorat en Psychologie Sociale de la santé - Université Lumière Lyon 2
2017 - ... : Formation en thérapie systèmique et familliale (APRTF)
2016: Obtention du titre de Psychologue
2014 - 2016: Master mention psychologie, spécialité Psychologie Clinique de la Santé (Parcours Pro & Recherche) - Université Paris Descartes, Paris
2011 - 2014: Licence mention psychologie - Université François Rabelais, Tours

Projet de thèse

Thèse de Doctorat (inscription Octobre 2016) :

Étude ReTarD VIH

La question du Recours Tardif au test de Dépistage du VIH

Une étude des enjeux psychosociaux à l’œuvre en France chez les HSH*
 

Décription en française:

En réponse à l’objectif 90 – 90 – 90[1] de l’ONUSIDA, la situation épidémiologique française du VIH nous enjoint à intensifier les efforts pour réduire le nombre de personnes ignorant leur séropositivité au VIH. Le terme d’épidémie cachée du VIH désigne l’ensemble des personnes ignorant leur séropositivité. Or, un dépistage précoce permet l’optimisation de l’état de santé des personnes séropositive et une diminution des nouvelles contaminations (Cohen et al., 2011; I. S. S. Group & others, 2015; T. A. 12136 S. Group & others, 2015; Montlahuc et al., 2013; V. Supervie, 2012). L’Île-de-France regroupe à elle seule environ 40% de cette épidémie cachée (Marty, Cazein, Pillonel, Costagliola, & Supervie, en cours de soumission). Comme l’indique le rapport « Vers un paris sans SIDA » (France Lert, 2016) « l’intensification du dépistage pour atteindre l’objectif 90% de personnes séropositives connaissant leur statut » est prioritaire. L’épidémie cachée en Île-de-France, en 2013, est estimée à 11 000 personnes (Marty et al., en cours de soumission). Trente quatre pourcent de celles-ci est constituée d’hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (ibid).

L’objectif de cette thèse en psychologie sociale de la santé est de porter une regard compréhensif et contextualisant sur la population concernée par l’épidémie caché. Pour cela. nous chercherons à investiguer et analyser les freins et leviers psychosociaux relatifs au recours tardif au dépistage du VIH chez les HSH via des approches quantitatives et qualitatives. Cette pluralité d'approches s'inscrit dans une démarche de triangulation méthodologiue (kalampalikis &Apostolidis, 2016).
Pour le volet qualitatif, nous utiliserons une méthode rétrospective procédant au recrutement de patients ayant un diagnostic tardif ou très tardif du VIH (CD4350/mm3 ou ayant un diagnostic de SIDA). Nous recruterons des participants dans trois centres à Paris : (1) le service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, (2) le service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Bichat Claude-Bernard et (3) le Centre de santé sexuelle le 190. D’un point de vue méthodologique, nous utiliserons l’approche par théorie ancrée (Paillé, 1994) nous permettant une démarche de compréhension à chaque instant de notre protocole. Nous nous fonderons aussi sur l’approche heuristique de la théorie des représentations sociales (Jodelet, 2003) via une approche méthodologique appropriée à l'aide de focus groups. Nous effectuerons également une série d’analyses biographiques afin de procéder à une mise en sens des différents éléments individuels ayant concouru au recours tardif au dépistage.

Ce projet se fonde aussi sur un volet volet quantitatif pour lequel nous procèderons à des analyses statistiques secondaires de l’enquête presse Gay 2011 et des enquêtes PrévaGay de 2009 et 2015.

Nous visons à proposer un modèle intégratif et systémique prenant en compte les facteurs individuels objectifs (e.g catégorie socio-économique) et subjectifs (e.g représentations sociales du dépistage, sentiment d’appartenance culturelle et/ ou communautaire, peur du stigmate) des individus dans un contexte (e.g proximité des lieux de dépistage, proposition médicale, exposition aux messages de prévention) qui permettrait d’expliquer le phénomène social en jeu autour de cette épidémie cachée.

Ce projet se déroulera sur trois ans. La première année sera consacrée à la construction des grilles pour les entretiens individuels, à la première série de passation de focus group et d’entretiens individuels, au début de l’analyse des données quantitatives et qualitatives. Lors de la seconde année, nous mènerons une seconde série de focus group, l’analyse et la valorisation des données quantitatives et qualitatives. Enfin, la troisième année sera consacrée à la fin du traitement des données quantitatives, à l’analyse et l’interprétation du matériel qualitatif obtenu, la réaction du tapuscrit et la soutenance de thèse.

Les retombées et résultats attendus à l’issue de ce travail de recherche consistent en une meilleure compréhension des enjeux psychosociaux liés au recours au dépistage du VIH. Ainsi qu’une analyse fine des éléments biographiques et psychosociaux conduisant à un recours tardif ou très tardif au test de dépistage du VIH optimisant ainsi la première partie de la cascade de prise en charge des HSH séropositifs.



[1] 90% des personnes infectées sont diagnostiquées, 90% des personnes diagnostiquées sont sous traitement et 90% personnes sous traitement ont une charge virale indétectable.
* Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes



Description en anglais:

In response to the 90-90-90[1] ONUSIDA objective, the epidemiological situation of HIV in France demands we intensify our efforts to reduce the number of people unaware of their HIV seropositivity. The term HIV hidden epidemy designates the population of individuals who are unaware of their seropositivity. As it were, an early test allows for the optimal healthcare of seropositive individuals and a decrease in the number of new contaminations (Cohen et al., 2011; I. S. S. Group & others, 2015; T. A. 12136 S. Group & others, 2015; Montlahuc et al., 2013; V. Supervie, 2012). The Paris area alone regroups approximately 40% of this hidden epidemic (Marty et al., under review. As the « Towards an AIDS-free Paris » report (France Lert, 2016) « the intensification of early testing to reach the objective of 90% individuals aware of their status » has priority. In 2013, the hidden epidemic in the Paris area is considered to affect 11000 individuals (Marty et al., under review). 34% of these individuals are men who have intercourse with men (ibid).

The purpose of the present  PhD in healthcare and social psychology is to offer a comprehensive and contextualizing view of the population concerned by the hidden epidemic, and hence a view of the possibly new contaminations. To do so, we will try to investigate ans analyze the psycho-social hindrances and levers concerning the recourse to late HIV testing among the MSM population, through a quantitative and qualitative approach. This plurality of approaches is part of a methodological triangulation method (Kalampalikis & Apostolidis, 2016).

As regards the qualitative dimension, we will use a retrospective method by recuiting patients having had a late or very late HIV test (CD4350/mm3 or having been diagnosed with AIDS). We will recruit participants in three Parisian health facilities : (1) the infectious and tropical deseases ward at the Pitié-Salpêtrière Hospital, (2) the infectious and tropical deseases ward at the Bichat Claude-Bernard Hospital, and (3) Le 190 Sex Health Center. From a methodological point of view, we will use the grounded theory approach (Paillé, 1994), which will allow us to follow a comprehensive pattern at every stage of our protocol.  We will use, among other approaches, the heuristic approach of social representation theory (Jodelet, 2003) via an appropriate methodological approach with the help of focus groups. Also, we will proceed to analyze biographies in order to make sense of the different individual elements which have led to the recourse to late testing.

Our project also relies on a quantitative dimension which will be achieved through secondary statistic analyses of the 2011 enquête presse gay, as well as the 2009 and 2015 Prévagay.

We aim to provide an integrative and systemic model which will take into account objective  (eg socio-economic categories) and subjective( eg soical representations of testing, cultural or communal sense of belonging, fear of stigamtization) individual factors of subjects in context (eg proximity to testing facilities, medical proposition, exposure to warning messages) which could allow to explain the social phenomenon at play as regards this hidden epidemic.

The present project will unfold over a period of three years. Year one will be devoted to the creation of grids and individual interviews, to the first series of focus group and individual interviews, and to the first analysis of quantitative and qualitative data. In year two, we will put together a second series of focus groups, and proceed with the analysis and optimization of quantitative and qualitative data. Finally, year three will be devoted to  the final treatment of quantitative and qualitative data, to the analysis and interpretation of the qualitative material obtained, and to the writing of the tapuscript and the defense of the PhD thesis.

The effects and results expected to follow this research will consist in a better understanding of the psychosocial stakes connected to the recourse to HIV testing. It will also allow a finer analysis of the biographical and psychosocial elements leading to a late or very late recourse to HIV testing, which will in turn otpimize the first stage of healthcare of seropositive MSM.



[1] 90% of infected individuals are diagnosed, 90% of diagnosed individuals are treated and 90% of the individuals being treated have an undetectable viral charge.

 


 

ACTIVITES D'ENSEIGNEMENTS

  • TD Psychologie sociale, L2 de psychologie, Institut de psychologie, Université Lumière Lyon 2
  • TD Psychologie sociale, L3 de psychologie, Institut de psychologie, Université Lumière Lyon 2
  • TD Méthodes quantitatives, L3 de psychologie, Institut de psychologie, Université lumière Lyon 2

  • Étude de cas éthique et profesionnalisation, M1 psychologie de la santé, Institut de psychologie Henri Piéron, Université Paris Descartes
  • Adaptation et repercussions aux atteintes somatiques, M2 psychologie de la santé, Institut de psychologie Henri Piéron, Université Paris Descarte
  • Travail individuel supervisé, L1 psychologie, Institut de psychologie Henri Piéron, Université Paris Descartes

mise à jour le 24 juillet 2017


Université Lumière Lyon 2